« TERRES PERDUES »
EXPOSITION par Maxime DAVIRON

La montagne…
Il émane une réelle puissance de ces lieux. De vaporeux sentiments s’entremêlent, fascination, angoisse, humilité… Une étrangeté omniprésente éveille en vous des émotions instinctives enfouies, votre esprit est ramené au stade primitif d’une sorte de contemplation craintive. Des forces brutes semblent habiter ces immensités. Des forces, des présences, de l’énergie…
J’erre en ces monts perdus en quête d’atmosphères sombres, d’instants oniriques hors du temps, surréalistes. Le concept des Terres Perdues est basé sur ces sentiments. Ce sont des visions éphémères d’immensités sauvages, de lumières oubliées.
Le soleil est absent, le silence est maître…

Son Site internet

 

Mes influences sont variées : si la musique et le cinéma en sont les plus importantes, on peut également citer les oeuvres « Ktaadn » de H.D. Thoreau ou encore – entre autres – « Les Montagnes Hallucinées » de H.P. Lovecraft ; mais également les peintres William Turner, David Friedrich ; et le mouvement du Clair-Obscur pour sa découpe de la lumière (avec évidemment Rembrandt en tête de file), transposé à un univers sauvage. France, Espagne, Canada, États-Unis | 2012 – 2017

……….

> L’AUTEUR

« La photographie a commencé à m’attirer assez tôt. Assez vite elle est devenue primordiale, passant de simple outil de témoignage à moyen d’expression. Mes images se sont rapidement axées autour de la Nature avant d’intégrer peu à peu l’humain, toujours avec un fort attrait pour les ambiances surréalistes et oniriques. Visuellement influencé tant par le cinéma que différents mouvements picturaux, je puise mon inspiration dans l’entièreté des arts qui m’imprègnent. Fasciné par les territoires sauvages, je pars régulièrement en quête de sommets perdus et paysages oubliés, à la recherche d’atmosphères nouvelles, tentant de retranscrire les émotions qui me traversent quand je marche dans ces immensités.
J’ai étudié durant deux ans (de septembre 2011 à juin 2013) dans la section « Praticien photographe » de l’ETPA, École Technique privée de Photographie et d’Audiovisuel (à Toulouse) ; avant de prendre le statut professionnel « Photographe Auteur » en août 2013.« 

Maxime Daviron